Saioa Lana : « L’investissement dans l’innovation est essentiel dans un monde qui bouge à une vitesse folle ».

Avec la ferme conviction que l’effort, la volonté, le sérieux et la transparence sont les conditions nécessaires pour atteindre le succès, le directeur de l’espace de gestion d’Integralia nous explique comment ils y parviennent dans leurs différents projets.

 

Saioa Lana (Pamplona, 1976) aime voyager sur le siège du minibus situé à gauche de l’entrée de T-ONE. De ce point de vue, la directrice de la zone de gestion d’Integralia peut être témoin de ce qui se passe sur la route sur laquelle circule le véhicule tout en profitant du paysage. Titulaire d’un diplôme en administration et gestion des affaires, Saioa travaille à Integralia depuis deux décennies. Ses responsabilités au sein de l’entreprise comprennent la gestion des ressources personnelles, économiques et matérielles nécessaires à la conception et à la construction des minibus.

Comment avez-vous commencé votre carrière professionnelle ? 

J’ai combiné mes études universitaires avec des emplois occasionnels qui m’ont permis d’entrer en contact avec d’autres professions, comme celui de femme de chambre dans un hôtel. Quant au secteur automobile, j’ai pu mieux le connaître avant de rejoindre Integralia, grâce à une bourse de six mois à l’usine de Volkswagen Navarra.

Vous souvenez-vous de ce qu’a été votre premier jour à Integralia ? 

Je ne me souviens pas de grand-chose de ce jour-là, mais je me souviens de la sensation dans mon corps : c’était comme une illusion qui remplissait tout.

Qui ont été vos mentors dans ce nouveau voyage ? 

Mes frères, qui sont plus que mes mentors, je les considère comme une référence pour moi. Integralia est un projet familial. Notre objectif ? Faire les choses différemment avec beaucoup d’efforts et d’enthousiasme.

Avez-vous rencontré de nombreux virages et obstacles pour lancer Integralia ? 

Nous avions vingt ans de moins et nous connaissions bien la théorie, mais la pratique était très différente. Au cours de ces deux décennies, nous avons beaucoup appris, mais le travail quotidien nous apporte encore de grandes leçons. Au cours de ces premières années, mes mentors ont beaucoup insisté pour me faire comprendre quelles étaient les conditions nécessaires à la réussite : effort, volonté, sérieux et transparence.

Quels sont les objectifs que le responsable financier et économique d’Integralia doit atteindre ? 

J’aime résumer les engagements de ma fonction dans l’entreprise en une action simple à exprimer, mais plus compliquée à exécuter : apporter la vision économique à la gestion de l’entreprise. 

Quelle est la chose que Saoia Lana préfère faire dans son travail quotidien ? 

J’aime voir comment de nouvelles idées émergent lorsque vous activez les leviers nécessaires pour aller de l’avant. Je suis étonné de voir comment les projets se nourrissent les uns les autres. L’équipe professionnelle que nous avons eu la chance de former apporte beaucoup de créativité et la façon dont elle travaille pour atteindre ses objectifs est spectaculaire. La satisfaction que je ressens est énorme. 

Pourriez-vous définir votre philosophie en matière de dépenses ? 

Vous devez investir des ressources dans tout ce dont vous avez besoin, mais vous devez travailler pour les gagner. En ce qui concerne les investissements, à Integralia, nous visons un rendement rapide, même si c’est parfois un peu abstrait.

Quel secteur de l’entreprise demande actuellement plus d’investissements ? 

Dans un monde qui évolue à une vitesse vertigineuse, le département de l’innovation est actuellement celui qui a le plus besoin de fonds pour nous positionner à l’avant-garde du secteur. La décision d’investir autant de ressources ici comporte certains risques inhérents. De mon point de vue, cela ne serait pas possible si je ne faisais pas aveuglément confiance à l’équipe dans ce domaine. Je me fie à l’ensemble du processus, depuis la vision et le flair de la direction pour savoir où nous devons aller, jusqu’à l’exécution pour faire décoller les projets.

Comment avez-vous fait face à l’incertitude économique de ces dernières années ? 

Du côté des affaires, j’ai dû prendre de la distance pour pouvoir prendre du recul et décider avec sang-froid et sérénité tout ce que mon cœur m’a permis de faire. Personnellement, j’ai essayé de m’entourer de ma famille et de personnes qui me soutiennent.

Pensez-vous qu’il y a des leçons à tirer d’une crise ? 

Oui, il faut chercher le côté positif des moments difficiles. Je pense que nous serions stupides si nous ne cherchions pas ce côté des situations aussi compliquées que celles que nous avons vécues. À cette occasion, j’ai saisi l’opportunité de plonger dans les racines de l’entreprise dans le but d’être plus fort lorsque les choses vont bien, de travailler pour être prêt lorsque nous pourrons surmonter cette période plus complexe.

Au cours de ces vingt années de carrière chez Integralia, quelles responsabilités avez-vous eu à assumer au sein de l’entreprise ? 

Notre entreprise est très familiale, donc dans mon travail quotidien j’ai eu toutes sortes de rôles selon les besoins du moment, des ventes aux achats, en passant par l’entrepôt. Cependant, je me souviens de certaines fonctions dont j’ai dû assumer la responsabilité sans aucune connaissance préalable, comme lorsque j’ai dû monter le stand de l’entreprise à la première FIAA (Foire internationale du bus).

Y a-t-il un moment clé dont vous vous souvenez avec une affection particulière dans votre carrière chez Integralia ? 

Par-dessus tout, sans aucun doute, le plus choquant a été celui que j’ai vécu il y a neuf ans, lorsque j’ai perdu les eaux au bureau. L’ignorance m’a peut-être joué un tour, j’étais une mère débutante et je n’étais pas consciente de ce qui se passait. Lors de ma deuxième grossesse, j’ai été plus vigilante pour m’assurer que je n’étais pas au bureau à ce moment-là. 

 

TÊTE À TÊTE AVEC SAIOA LANA

Place préférée dans un minibus ? 

N’importe quel siège à l’avant pour voir la route. Si possible, dans la fenêtre.

Quel film choisiriez-vous pour l’itinéraire ?

Le film « Up » de Pixar.

Que mangeriez-vous pendant un voyage en minibus ? 

Des crêpes. 

Que faites-vous quand vous voyagez ?

Profitez du paysage.

Que faites-vous pendant votre temps libre ? 

Reposez-vous. Par-dessus tout, j’aime passer du temps avec ma famille. Ils sont mon passe-temps favori, en particulier mes enfants de trois et neuf ans, qui occupent une grande partie de ma journée en dehors du travail, mais j’aime passer du temps à lire et à marcher dès que je le peux.

Faites-vous du sport ? 

J’adore le ski.

Quel est votre plat préféré ?

Spaghetti carbonara.

Quelle est votre boisson préférée ?

Je suis récemment devenu un fan de Kalimotxo.

Quelle est la dernière série que vous avez vue ?

La Casa de Papel ».

Quel livre a marqué votre vie ?

El Tiempo entre Costuras » de María Dueñas.

Avez-vous des vertiges lorsque vous voyagez ?

Non.

Quelle distance avez-vous parcourue en minibus ?  

Jusqu’aux Alpes.

Des destinations en attente ?  

Beaucoup, mais je ne veux pas manquer de voir une aurore boréale.

Qu’est-ce que le confort ? 

Bonne compagnie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.