Soufian Fadil : « Les processus de vente d’Integralia sont toujours innovants en raison de la manière personnalisée dont nous les réalisons ».

Le nouveau directeur commercial pour la partie nord de la France est un passionné de canyoning. Lors d’un voyage en minibus, il regardait le film « Inception » et prenait une omelette aux pommes de terre comme collation.

 

Soufian Fadil (Kasbat Tadla, Maroc, 1987) entame en juillet son septième mois de travail à Integralia. Le directeur des ventes pour la partie nord de la France parle quatre langues, a étudié dans deux universités de deux pays différents et envisage un doctorat à l’université publique de Navarre. Bien qu’il vienne du secteur pétrolier, sa spécialisation couvre tout ce qui touche à la mobilité. 

 

Comment s’est déroulée l’arrivée à Integralia? 

Depuis mon arrivée il y a six mois, j’ai l’impression d’avoir appris chaque jour quelque chose de nouveau de mes collègues. Il y a des gens qui connaissent en profondeur leurs domaines de travail, ils transmettent cette passion au reste de l’équipe dans leur travail quotidien, donc apprendre de cette manière est facile.

En raison de mes responsabilités dans l’entreprise, il y a deux personnes dans l’équipe qui m’aident beaucoup et avec lesquelles j’ai le plus de contacts. D’une part, il y a Óscar, qui, en tant que PDG, me montre comment est l’entreprise et quels sont les défis auxquels nous sommes confrontés et, d’autre part, Efrén qui a également beaucoup à m’apprendre car il connaît très bien le marché grâce à son poste de directeur des ventes pour l’Espagne.

 

Comment s’est passé votre premier jour?

Les débuts impliquent toujours une certaine nervosité due à des doutes sur ce que seront les responsabilités. Mais, dès mon arrivée et dès que j’ai commencé à faire connaissance avec mes collègues, tout le monde m’a mis à l’aise et l’accueil a été très bon. Je me sens intégré dès le premier jour à Integralia. 

Est-il possible d’innover dans le processus de vente?

Les processus de vente d’Integralia sont très personnalisés, on peut donc considérer que nous innovons dans chaque vente. Les besoins des clients ne sont pas les mêmes et pour nous, les satisfaire est notre priorité. Les processus de vente étant très différents les uns des autres, je suis toujours à la recherche de solutions à apporter à nos clients.

Vous parlez quatre langues très couramment (anglais, français, arabe et espagnol) et vous les utilisez toutes au quotidien, vous arrive-t-il de les mélanger?

Il m’arrive de les confondre, notamment lorsque j’écris entre le français et l’espagnol, qui ont une racine latine similaire. 

Apprend-on à vendre ou est-on né avec cette fibre commerciale?

Je pense que tout s’apprend. Certaines personnes sont plus douées pour certaines tâches, mais il faut alors s’entraîner. Même les personnes qui sont nées avec cette fibre commerciale doivent étudier et apprendre le produit, les processus de vente et le service à la clientèle. 

Comment vous êtes-vous entraîné?

J’ai étudié la gestion des affaires et les finances à l’université Hassan au Maroc, où j’ai également obtenu une maîtrise en marketing. J’ai ensuite fait une maîtrise en gestion d’entreprise à l’université publique de Navarre, qui a été la première étape vers un doctorat en économie dans la même université.

Je suis sûr que la patience est l’une des caractéristiques que doit posséder une personne dédiée à la vente et au service à la clientèle. Comment l’apprendre ?

La patience s’apprend avec la patience (rires).

Et les erreurs nous apprennent-elles quelque chose?

Oui, je suis convaincu que chaque erreur est une occasion d’apprendre et de s’améliorer. 

Quel est votre outil de travail préféré?

Gestion des visiteurs.

Et la partie la plus gratifiante de votre travail?

Livrer les véhicules aux clients. C’est à ce moment-là que l’on peut voir l’aboutissement du travail de toute l’entreprise, du SAT aux finances en passant par l’innovation. Chaque minibus contient un peu de chaque département.

Et le moins?

Je n’aime pas faire un travail deux fois. Mais parfois tu dois le faire, et tu le fais.

Une phrase que vous aimez?

Il y a une phrase attribuée à Confucius qui, à mon avis, est définitive sur la façon dont les êtres humains apprennent : « Dis-moi et j’oublierai, montre-moi et je me souviendrai, implique-moi et j’apprendrai ». Je pense que cela exprime une volonté de se connecter les uns aux autres qui fait toute la différence.

Que faites-vous pendant votre temps libre?

J’aime regarder des séries et sortir avec mes amis. Je fais aussi du sport, j’aime beaucoup la natation, la randonnée et le canyoning. J’aime beaucoup les environs de Pampelune, car il y a de grands espaces pour se promener et les vues sont magnifiques.

 

Pouvez-vous recommander une recette?

Couscous aux légumes et au poulet. C’était mon plat préféré quand j’étais enfant et il me ramène toujours à cette période de ma vie où j’aimais jouer au football avec mes amis dans les rues de ma ville.

Avec quelle boisson accompagnez-vous le couscous? 

Bien entendu, une recette typiquement marocaine doit être accompagnée de sa boisson traditionnelle : le thé à la menthe.

Quel film regarderiez-vous lors d’un voyage dans le minibus pendant un trajet?

« Inception » de Christopher Nolan avec Leonardo di Caprio. Surtout si les paysages ne sont pas très beaux, car ce film vous accroche et ne vous lâche plus jusqu’à la fin. Même dans le générique, tu y penses encore.

Et que mangeriez-vous dans le minibus pendant le voyage?

Une omelette aux pommes de terre, parce que c’est facile à transporter, résistant aux voyages et délicieux.

Quel est votre gadget technologique préféré?

Je ne pourrais pas vivre sans mon ordinateur portable et ma montre.

Que voulez-vous inventer?

La recette d’un nouveau gâteau.

Et que voudriez-vous que les autres commencent?

Une machine à remonter le temps. Certains jours, je l’utilisais pour aller dans le passé et d’autres pour vivre dans le futur.

Quelles séries avez-vous regardées récemment?

Le bon docteur, j’adore le Dr Murphy. 

Quel livre a marqué votre vie?

L’intelligence émotionnelle par Daniel Goleman. Cela m’a permis de voir des caractéristiques dont on n’entend normalement pas parler dans l’éducation formelle et qui sont vraiment importantes dans le développement de la vie.

Pouvez-vous recommander une chanson pour le voyage?

Destin de Céline Dion.

Où aimez-vous vous asseoir lorsque vous voyagez en minibus?

Je n’ai pas le mal des transports, alors je peux m’asseoir au milieu ou à l’arrière. Mais une chose est claire pour moi : du côté où le soleil ne brille pas.

Avez-vous une routine lorsque vous voyagez?

Si c’est un voyage d’affaires, j’en profite pour travailler sur mon ordinateur portable. S’il ne s’agit pas d’un voyage d’affaires, j’essaie de mémoriser l’itinéraire la première fois que je vais quelque part, tout en profitant du paysage.

Quel a été votre plus long voyage en minibus?

Il y a eu plusieurs voyages en Malaisie, certains pouvant durer jusqu’à 16 heures. Lors d’un merveilleux voyage en sac à dos avec des amis, nous avons voyagé en bus de l’île de Langkawi au nord à Malacca au sud en passant par Kuala Lumpur. Nous avons également pu profiter de la région de l’est jusqu’aux îles Perhentian, c’était un voyage et une aventure merveilleux.

Quelle destination devez-vous encore visiter?

Beaucoup, j’aime voyager. Mes prochaines destinations seront l’Asie et l’Amérique latine.

Qu’est-ce que le confort pour vous?

Quelque chose que j’aime.

Que faites-vous quand vous voyagez?

Regardez par la fenêtre pour apprécier le paysage. Je m’endors rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.